#2 Rappelez-vous que vous aussi, un jour, vous avez été un enfant

Maintenant qu’on en sait plus sur le TDAH ( #1 Comprendre le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH)) il me semble important de remettre nos enfants au centre de notre attention.

“Oublier” le TDAH.  

Se rappeler qu’ils sont JUSTE des enfants.

Se rendre compte de leur quotidien, de tout ce qu’on leur demande. Des efforts qu’ils font, et de nos réactions de parent fatigué/stressé.

Ma perspective

Lorsque je récupère les enfants le soir, entre 18h et 18h30, je sais que j’ai au maximum 2h pour:

  • gérer la crise du petit qui ne veut pas partir de chez sa Nanou
  • chercher le grand au péri scolaire 
  • faire un crochet par la classe pour récupérer (choisir la mention qui convient): bonnet, écharpe, gants, sac de sport, pull, cahier(s),…
  • les laisser courir/chanter/sauter/crier (hurler?) avant d’entrer dans la voiture
  • leur laisser 5 minutes avant d’entrer dans la maison pour les laisser courir/chanter/sauter/crier (hurler?)
  • tout en m’assurant qu’il n’y ait pas d’accident
  • regarder les cahiers (ça s’arrête là. Nous ne faisons pas de devoirs le soir en semaine)
  • gérer la douche du grand (m’assurer qu’il  n’y passe pas 30 min), et du petit (trop petit pour la prendre tout seul)
  • préparer le repas du soir 
  • être chef d’orchestre des tâches ménagères
  • Papa arrive: manger en famille
  • brosser les dents, pipi et au lit

Chez nous, chaque soir de semaine est une veille de Noël, un volcan en éruption, un cocotte minute qui explose…

Beaucoup de bruit, d’agitation, des cris, des pleurs, des fous-rires, des enfants qui sautent, des verres qui se renversent, des petites voitures qui font brrrrrrrrr et craaassshhh et l’ambulance qui fait tii tuu tii tuu. Zoro arrive avec son épée et tssshhhh….

Pas mal de négociation aussi, répéter sans cesse les même consignes.

S’opposer à leur opposition.

La fatigue de la journée, les émotions à gérer,…

Et le matin? on reprend les mêmes et on recommence.
Et le week-end? les tâches ménagères, les devoirs à faire, les courses, les sorties/activités,…

Et donc? Et donc je râle beaucoup! Je m’énerve, je suis impatiente, j’aimerai que tout aille plus vite. J’aimerai profiter des enfants, mais dans le calme et le silence. Et  j’aimerai 5 minutes pour faire pipi tranquillement,…

Il y a quelques temps, je me suis auto-observée. A part les presser, râler, m’énerver, je ne parlais plus vraiment aux enfants. 

Je suis devenue une mère aigrie, trop stressée pour prendre 5 minutes pour câliner. 

Du point de vue des enfants

Et eux alors ? 

A l’école, ils sont souvent soumis aux difficultés d’apprentissage, sont “dans la lune” et ont des difficultés à suivre la leçon. 

En groupe, ils sont souvent mis à l’écart à cause de leur comportement, se rendent compte de leur “différence”, de leurs difficultés d’adaptation,…

A la maison

Ils ont dû se retenir toute la journée pour rentrer dans le moule de l’école, et maintenant qu’ils peuvent décharger, ça ne va pas

Ils s’amusent, mais font trop de bruit

Ils dansent, mais font tomber un vase

Ils sont tristes, mais TROP tristes, et puis TROP contents, TROP déçus,… bref, une avalanche d’émotions

Ils dessinent, mais n’arrivent pas à faire aussi bien que Matthéo, le copain de classe

Papa/maman demande 3 choses en même temps, impossible de tout retenir: ils se font encore houspiller! 

Et puis, les parents sont stressés, énervés, en demandent beaucoup et ne reconnaissent même pas les efforts. 

C’est ça d’être un enfant?

Oui mais… avec le travail et tout ça tu comprends… comment faire?

Ecouter.
Son enfant quand il parle.
Mais attention, pas en épluchant les patates, en lisant ses SMS, et en répondant à la question du petit frère:
Ecouter VRAIMENT. en le regardant dans les yeux, et en s’intéressant à ce qu’il dit.

Poser son téléphone.
2 heures. Dans une journée. 

Se rendre disponible.
Jouer – 8 min: faire un petit Uno pendant que les pâtes cuisent. 
Dessiner – 5 min: faire un coloriage avec le mini
Regarder – 3 min: regarder le grand qui joue à son jeu vidéo

Valoriser.
Parce qu’il a enfin pensé à mettre le couteau à droite et la fourchette à gauche.
Parce qu’il a rangé ses chaussures.
Parce qu’il a passé moins de temps sous la douche.
Parce qu’il a même pensé à ramasser ses vêtements dans la salle de bains.

Remercier.
La vie, pour nous avoir donné des enfants en bonne santé.
Le soleil, pour avoir réchauffé notre journée.
La neige, pour mettre de la magie dans les yeux des enfants
Les oiseaux, pour leur chant apaisant et réconfortant.

Déculpabiliser.
Parce qu’on est imparfait et c’est tant mieux 🙂

Dire qu’on les aime.
Pour qu’ils n’en doutent jamais.
Même quand on a passé la soirée à crier.
Mêmes quand ils ont dessiné sur le dossier qu’on doit présenter à la réunion de demain.
Même quand ils ont inondé la salle de bains, et renversé la bouteille d’huile.

Se souvenir.
Que nous aussi, on a un jour été des enfants.

Cette article ne concerne pas uniquement le TDAH. Mais quand on vit avec au quotidien, quand les difficultés éducatives prennent le dessus, on ne se rend plus toujours compte de nos réactions. Les journées passent tellement vite, et on ne prend plus la peine d’en profiter.

Stratégie #2 – Rappelez vous que vous aussi, un jour, vous avez été un enfant.

Action au choix, pendant 1 semaine:

  • Chaque soir: prenez 5 minutes pour écouter votre enfant. Ne faites rien d’autre. Ecoutez le.
    OU
  • Chaque soir: prenez 10 minutes pour faire un petit jeu avec vos enfants
    OU
  • Chaque soir: posez votre téléphone et n’y touchez pas, pendant 30 min, 1h ou même toute la soirée. Vous verrez, la terre ne s’arrête pas de tourner 😉

N’oubliez pas de partager dans les commentaires ce que vous avez mis en place, et ce que vous avez ressenti.

A bientôt,
Hérade

Partager l'article
  • 16
    Partages
  • 16
    Partages

1 réflexion sur “#2 Rappelez-vous que vous aussi, un jour, vous avez été un enfant”

  1. Ping : Guide pratique pour mieux gérer l'opposition de mon enfant - Mieux Vivre le TDAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *