TSA

TDAH et trouble du spectre de l’autisme (TSA)

Le Trouble du Déficit d’Attention / Hyperactivité (TDAH) et le Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) sont deux troubles différents mais qui présentent cependant des symptômes communs. Bien que ces deux troubles soient distincts, il se peut toutefois qu’un enfant avec TDAH présente également un TSA, et inversement.

Quelles sont les principales problématiques de vos enfants concernés par le TSA ?
Quelles solutions peut-on apporter pour aider nos enfants ?

30 jours / 30 combats

Avec le temps, j’ai compris qu’il y a autant de manifestation du TDAH que de personnes qui en souffrent.

Personne ne sous a appris à être parent, et pourtant nous devons composer chaque jour avec notre histoire et nos capacités personnelles pour aider nos enfants à devenir la meilleure version d’eux-mêmes. Pour cela, nous n’avons pas à culpabiliser ou à rougir de nos erreurs.

Pendant un mois, je vous propose une série d’articles remplis de vos témoignages et de vos astuces du quotidien, pour qu’aucun d’entre nous ne se sente plus jamais seul face aux combats du TDAH.

TDAH et trouble du spectre de l’autisme (TSA)

Ce qui distingue TDAH et TSA

La distinction est parfois subtile entre le TDAH et le TSA, mais elle est bien réelle.

Chez les enfants atteints de TSA, on observe principalement les phénomènes suivants :

– évite le contact visuel et préfère être seul
– a de la difficulté à comprendre les sentiments des autres
– est non verbal ou présente un retard de développement du langage
– est perturbé par le moindre changement de routine ou d’environnement
– a des champs d’intérêt très restreints
– présente des comportements répétitifs comme le balancement du corps, la torsion et le battement des membres
– a des réactions inhabituelles et souvent intenses aux sons, aux odeurs, aux goûts, aux textures, à la lumière et aux couleurs.

Signes et symptômes du trouble du spectre de l’autisme (TSA)

Les enfants ayant un TDAH ont d’abord des difficultés attentionnelles. C’est d’ailleurs ces difficultés attentionnelles qui sont ao cœur du TDAH, avant l’hyperactivité ou l’impulsivité. 

Un enfant avec TDAH peut voir ses interactions sociales altérées, mais plutôt en raison de leur impulsivité, de leur agitation ou de leur incapacité à s’autoréguler.

Concernant les difficultés attentionnelles chez les enfants ayant un TSA, il s’agit davantage d’une tendance à ne pas écouter (car ce dont on parle ne fait pas partie de leurs intérêts).

Chez les enfants ayant un TSA, on note une tendance à éprouver de la difficulté à changer d’objet ou d’idée alors qu’un enfant avec TDAH va rapidement passer à un autre objet ou sujet de discussion.

Par ailleurs, les enfants ayant un TSA sont souvent attirés par de petits détails, ou sur des éléments périphériques.
Avec un TDAH, les enfants ignorent souvent les détails et survolent les situations.

Enfin, certains mouvements répétitifs ou inhabituels chez les enfants présentant un TSA peuvent ressembler à de l’hyperactivité.

Symptômes communs du TDAH et du TSA

Il semblerait que « plus de 50 % des enfants atteints de TSA correspondent aussi aux critères du TDAH et que jusqu’à 50 % des enfants ayant un TDAH ont des traits relatifs au TSA« .

On constate donc que ces deux troubles peuvent facilement être associés l’un à l’autre.

On note notamment des traits communs d’inattention, d’impulsivité, d’hyperactivité, des difficultés sur le plan des fonctions exécutives et sur celui de l’autorégulation des émotions (gestion des émotions), principales manifestations du TDAH.

D’autre part, les enfants ayant un TDAH peuvent avoir des difficultés dans les domaines de la communication et des interactions sociales réciproques, symptômes du TSA.

L’association du TDAH et du TSA a pour conséquence des difficultés beaucoup plus significatives par rapport aux enfants qui ont seulement un des deux troubles. Notamment : plus de difficultés d’apprentissage, de langage, de comportement, et plus de troubles psychiatriques, tels la dépression et l’anxiété.

TDAH et TSA : quelles sont vos plus grandes problématiques?

« Mon fils TSA a 6ans. Il est scolarisé en classe de cp il n a pas de déficience intellectuelle mais de grosse opposition en cas de frustration, de transition, de difficulté qui engendre cris et lancer d’objet. Il a beaucoup de mal à se concentrer et ne reste pas assis, toujours en mouvement. Il est très difficile aussi à la maison nous sommes à bout avec son papa, moi et sa grande sœur aussi. Il est suivi par une psychomotricienne, psychologue et orthophoniste. Je suis moi même éducatrice et nous mettons pleins de chose en place. « 

« Notre plus petit, 6 ans, est toujours sans diagnostic, les experts ne sont pas d’accord (on a le choix entre TSA et TADH, c’est merveilleux) et il interagit de manière brusque avec les autres. Il devrait avoir une AVS mais… ben y’en a pas assez donc il n’en a pas! « 

« Mon fils a été diagnostiqué tdah, suspicion de TSA et hpi, ça se passe très mal à l’école depuis sa 1ère année de maternelle, ne reste pas en place, perturbé le groupe et beaucoup de violence envers les copains, les adultes et lui-même. Au centre de loisirs pas mieux, il en a été exclu mercredi et vacances scolaires de façon définitive depuis octobre 2018, ils menacent de ne plus le prendre en périscolaire cette année. « 

Partagez votre témoignage dans les commentaires pour aider les autres parents à se sentir moins seuls face aux difficultés !

Quelles solutions?

Ce qu’en disent les autres parents

« C’est la thérapie comportementale et cognitive qui aide le plus. En plus de son traitement pour le TDAH »

« Nous avons la refusé la médication jusqu’au bout, on ne voulait pas droguer notre fils et on l’aime avec sa différence. Et lors du dernier rdv avec notre neuro, elle nous a dit que nous pouvions juste tester (car pas d’accoutumance) et arrêter si ça ne convenait pas. Et surtout, que le médicament permettrait de distinguer les troubles liés au TDAH et ceux du TSA. on a commencé il y a 4 mois, Et là, miracle ! Presque plus de troubles, le TSA est extrêmement léger. Il rentre dans les apprentissages et toutes les prises en charge s’en ressentent +++. Il a permis un passage en CP ordinaire alors que l’année dernière tout le monde parlait d’Ulis. Il faut juste trouver le bon dosage. Notre but est d’intensifier les prises en charge pour pouvoir arrêter le traitement dès que notre fils sera prêt. « 

« Je suis la maman d’un garçon de bientôt 6 ans diagnostiqué tsa et tdah. On me conseille fortement la ritaline on m’en parle depuis 1 ans, nous avons très peur de lui donner un médicament mais avons essayé pleins de méthodes naturelles biokinergeticien, chiropractie, homéopathie. Malheureusement l’impulsivité et l’agressivité prennent le dessus…. »

Quelles sont vos propres solutions ?

J’espère que cet article vous aura apporté quelques pistes pour aider votre enfant à mieux vivre son anxiété.

Et vous, quelles sont les méthodes que vous avez mises en place pour aider vos enfants ?

Découvrez les autres articles de la série 30 jours / 30 combats

TDAH et mensonges
TDAH et énurésie
TDAH et hypersensibilité
Le TDAH dans la fratrie
TDAH et anxiété

Sources:

CHU SAINTE-JUSTINE – Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité

Hérade

Coach parental | TDAH | Burnout parental

Je vous accompagne vers une parentalité bienveillante et équilibrée pour vous permettre de retrouver la plaisir de passer des moments en famille.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *