faire une demande efficace

#6 – 15 clés pour faire efficacement une demande à son enfant

Combien de fois par jour devons nous faire des demandes à nos enfants? 10, 20, 50 fois peut-être?

Fais ton lit
Range ta chambre
Prends ta douche
Mets la table
Coupe la télé
Fais tes devoirs
Finis ton assiette
Laisse ton frère/sœur
Sois sage
Sois gentil
Arrête de crier

L’art de faire une demande à son enfant est pour moi un outil indispensable du quotidien, surtout lorsqu’on vit avec un enfant ayant un TDAH, et donc des difficultés attentionnelles, des réactions impulsives et une tendance à l’opposition.

J’aime penser que nos enfants sont le reflet de notre propre fonctionnement. Si nos consignes/demandes ne sont pas respectées, alors nous devons revoir notre manière de procéder.

Ainsi, cet article me permet non seulement de vous transmettre les clés pour faire efficacement une demande à son enfant, mais il me permet également de me replonger dans mes expériences passées, ainsi que dans mes livres/articles favoris pour pouvoir refaire un point sur ma propre manière de faire des demandes à mes enfants.

faire une demande à son enfant

Les 3 grandes catégories de règles et consignes

Dans son livre “L’opposition : Ces enfants qui vous en font voir de toutes les couleurs​”, Benoît Hammarrenger, neuropsychologue, nous explique qu’on peut diviser les règles et consignes en trois grandes catégories: les règles qui mènent l’enfant vers l’autonomie, celles qui visent sa santé, sa protection et sa sécurité, et enfin, celles qui visent le respect de l’autre.

Lorsqu’on impose ces règles à l’enfant, il est bon de lui expliquer notre raisonnement. Par exemple, lorsque vous dites à votre enfant “regarde des deux côtés avant de traverser la rue”, il doit comprendre que c’est pour lui éviter un accident.

Les règles qui mènent l’enfant vers l’autonomie

Ce sont les règles qui servent à éduquer votre enfant, pour qu’il devienne un adulte autonome et responsable.

Par exemple: fais tes devoirs, prends ta douche/ton bain, brosse tes dents, range ta chambre, contribue aux tâches ménagères,…

Les règles visant la santé, la protection et la sécurité de l’enfant

Mange tes légumes, ne traverse pas la rue seul ou regarde des deux côtés de la rue avant de traverser, ne parle pas aux étrangers, habille toi chaudement, reviens avant 19h

Les règles visant le respect de l’autre

Partage tes jouets avec ton ami, demande pardon à ta sœur, dis “s’il vous plait” et “merci”, parle moins fort, ferme ta bouche lorsque tu manges, respecte tes promesses,…

Pour Benoît Hammarrenger, les règles visant le respect de l’autre sont : “la catégorie de règles pour lesquelles il me semble le plus important de fournir des explications à l’enfant. Souvent, la raison sous-jacente est beaucoup moins évidente à déduire pour l’enfant parce qu’elle implique les besoins de l’autre et non uniquement les siens. Expliquer ces règles est primordial, car cela permet à l’enfant de se décentrer de lui même et de ses besoins, pour développer sa conscience de l’autre et son empathie”.

Il est donc important d’expliquer les consignes aux enfants, pour qu’ils en comprennent la raison.

Toutefois, ces explications ne doit pas devenir une argumentation, sinon on entre dans le processus de l’opposition.

faire une demande à son enfant - le cycle de l'opposition selon Barckley

Comment faire une demande

Il suffit souvent de peu de chose pour donner une consigne dans les meilleurs conditions, et s’assurer qu’elle soit respectée.

Voici les principales clés que j’ai répertoriées, en m’inspirant notamment du programme “Mieux vivre avec le TDAH à la maison

Faire sa demande au bon moment

On va éviter de demander à notre enfant de ranger sa chambre lorsqu’il est fatigué, stressé ou frustré, ou juste avant de partir à l’école : il aura l’esprit ailleurs, et n’entendra peut-être même pas la demande. 

Vous devez vous aussi être disponible pour pouvoir suivre ce qu’il fait. Chaque demande devrait être suivie d’une conséquence positive ou négative, immédiatement, selon que l’enfant aura obéit ou non, pour lui montrer que la demande était sérieuse.

Pour conséquence positive on entend par exemple: valorisation ou privilège (selon l’importance et le niveau de difficulté de la demande)

Pour conséquence négative, on entend par exemple: temps de retrait de l’enfant (plus d’infos dans le prochain article), retrait de privilège, punition,…

S’assurer que notre enfant prête attention à ce qu’on lui dit

On évite de crier à travers les pièces, et, idéalement, on va s’assurer que notre enfant nous regarde pendant qu’on lui parle.

S’agenouiller pour se mettre à son niveau, une main posée sur l’épaule, peut aider à capter son attention.

Éliminer, si possible, toute distraction avant de lui donner une consigne

On va éviter de lui demander quelque chose lorsqu’il regarde la TV ou qu’il est captivé par un livre ou un jeu.

Demandez-lui d’interrompre ce qu’il fait et assurez-vous qu’il prête attention à ce que vous lui dites.

Par ailleurs, s’il est vraiment concentré, vous risquez de le frustrer et de faire face à une opposition. Dans ce cas préparez le terrain: « dans 10 min tu iras ranger ta chambre » (le fait de mettre un minuteur peut lui permettre d’anticiper la coupure). 

Utilisez une formulation positive

Car le cerveau n’enregistre pas la négation.

Préférez “parle doucement” plutôt que “ne crie pas” : dans cet exemple, le cerveau enregistre simplement le mot “crie”, et vous risquez de provoquer l’effet inverse de la demande initiale.

Soyez affirmatif

Votre consigne n’est pas une question: “range ta chambre s’il te plait” plutôt que “tu peux ranger ta chambre?”. Il risquerait de répondre à votre question, sans pour autant faire ce que vous lui demandez.

Ne lui demandez pas de changer ce qu’il est, mais ce qu’il fait

Prenez l’habitude de ne pas remettre en question son identité, car en grandissant, votre enfant s’approprie les étiquettes que nous lui collons.

« Sois gentil » = je ne suis pas quelqu’un de gentil.

Concentrez vous sur son comportement, soyez factuel: « respecte ton frère/sœur », « parle doucement », « l’eau reste dans le bain »

Parce que: je peux changer ce que je fais, mais je ne peux pas changer qui je suis.

Découvrez ici l’outil #5 pour mieux vivre avec le TDAH de votre enfant – Distinguer ce qu’il est et ce qu’il fait

Donnez votre consigne de manière brève

Les consignes sont plus efficaces si elles comptent moins de 10 mots “range ta chambre”, “respecte ton frère”, “fais ton lit”.

Soyez clair et concret dans votre demande

Évitez les demandes trop vagues: “calme toi”, “sois respectueux”, “fais attention”.

Décrivez concrètement ce que vous désirez obtenir pour que votre enfant comprenne exactement ce que vous attendez de lui: « marche », « parle doucement », « regarde des deux côtés avant de traverser la rue », « dis merci »,…

La demande doit être faite sur un ton ferme

Pour montrer à l’enfant que vous êtes sérieux et que ce n’est pas une faveur qu’il vous fait.

A noter toutefois: un ton ferme mais respectueux. Ce n’est pas le moment de régler vos comptes.

Une consigne à la fois

Et oui, on oublie le “va ranger ta chambre, plie tes vêtements, vide la poubelle et fais ton lit”. Vous obtiendrez, au mieux,…rien!

Si la demande comporte plusieurs étapes, divisez-la en sous étapes. 

Laissez lui le temps de réaliser chaque demande après l’autre.

Si votre enfant sait lire, selon son âge, n’hésitez pas à lui faire une liste: il pourra faire les choses à son rythme et deviendra de plus en plus autonome.

Chez nous, j’ai pris l’habitude de faire une « liste des choses à faire » le samedi matin: je liste une dizaine de tâches: vider/remplir le lave-vaisselle, faire le lit, mettre le linge sale devant la machine à laver, faire 30 min de devoirs, sortir 30 min, lire un livre pendant 15 min,… Une fois toutes ces tâches accomplies, il peut allumer un écran pendant X temps.

Demandez lui de reformuler votre demande

Si vous n’êtes pas certain qu’il ait bien entendu ou compris la demande, demandez lui de reformuler ce que vous venez de lui demander.

Mais ne le faites pas systématiquement, sinon il risque de faire exprès de mal répéter (c’est du vécu!)

N’argumentez pas

Vous pouvez expliquer votre demande mais n’entrez pas dans le jeu de l’argumentation.

Dans son livre “L’opposition : Ces enfants qui vous en font voir de toutes les couleurs​”, Benoît Hammarrenger explique que l’argumentation est un processus irrationnel chez l’enfant de moins de 12 ans.

“L’enfant de moins de 12 ans ne possède pas (ou peu) la pensée formelle (qui lui permettrait d’argumenter en suivant une démarche logique)” 

Voici un exemple de pensée formelle chez l’adulte : les brocolis sont bons pour la santé, et pleins de vitamines. Je veux que tu sois en bonne santé. Je veux donc que tu manges tes brocolis.

Je vous laisse maintenant imaginer la réponse irrationnelle et émotive de votre enfant 🙂

Évitez donc l’argumentation sinon vous risquez d’entrer dans le processus d’opposition et de perdre de vue votre demande initiale.

Restez calme

Je précise que cette idée ne vient pas de moi… 🙂 Mais si tous les psychologues, pédopsychiatres, neuropsychologues, et spécialistes de l’éducation le disent, c’est que ça doit être vrai 😉

Restez calme, n’argumentez pas, et mettez vous en retrait si vous sentez que votre volcan entre en éruption.

Restez calme pour ne pas entrer dans le cycle de l’opposition, et pour garder de vue la demande initiale.

Pour les tâches répétitives (les routines par exemple)

N’hésitez pas à afficher des rappels visuels aux endroits stratégiques pour que votre enfant puisse agir de manière autonome: dans la salle de bain, à côté du miroir par exemple, ou sur la porte de sa chambre.

faire une demande à son enfant - tableau des routines DIY
Cliquez ici pour créer votre propre tableau des routines

Félicitez votre enfant

Aussi souvent que possible, et surtout lorsqu’il fait des tâches de sa propre initiative.

Si votre enfant à intégré une demande depuis longtemps (chez nous, par exemple, c’est vider/remplir le lave vaisselle en rentrant de l’école), pensez à le féliciter “Mon chéri, viens ici une  minute. Je viens de réaliser que ça doit faire 2 mois que tu t’occupes du lave-vaisselle en rentrant de l’école sans que j’ai à te le rappeler. Je ne t’en parle plus vraiment ces derniers temps, mais je suis fier de toi! et cette belle autonomie facilite nos soirées”

Retrouvez dans cet article les clés pour valoriser efficacement votre enfant.

Les clés du succès

La demande doit être réaliste: votre enfant est capable d’y répondre

C’est le bon moment pour vous et pour votre enfant

La demande est claire et brève 

Elle est donnée sur un ton affirmatif : ce n’est pas une question et vous ne demandez pas une faveur

Elle décrit concrètement le comportement désiré

Le temps ou le moment d’exécution sont précisés

La demande est respectueuse: le ton est neutre, et vous ne faites pas une critique

Vous êtes sur la même longueur d’ondes avec votre conjoint sur les demandes faîtes à votre enfant

Et comme nos enfants nous réservent de nombreuses surprises, je vous présenterai dans mon prochain article le cycle infernal de l’opposition, et comment y faire face.

D’ici là, bon courage les parents. Je vais m’empresser de (re)mettre en pratique ces conseils 🙂

Outil #6 – 15 clés pour faire efficacement une demande à son enfant

Actions (tirées du programme “Mieux vivre avec le TDAH à la maison” )

  • Choisissez, chaque jour, une consigne à donner à votre enfant (ce peut être la même d’une journée à l’autre).
  • Faites votre demande en suivant les conseils ci-dessus
  • Aussitôt que vous avez donné votre consigne à votre enfant et qu’il commence à l’exécuter, dîtes-lui que vous appréciez qu’il fasse ce que vous lui demandez: “j’aime quand tu fais rapidement ce que je te demande” “merci de faire ce que je te demande”,…
  • Une fois que l’enfant à complètement réalisé la tâche demandée, félicitez le! Si la tâche prend beaucoup de temps, encouragez le plusieurs fois tout au long de sa réalisation.

Conseils:

  • Pour commencer, choisissez un moment où votre enfant n’est pas très occupé.
  • Commencez par des demandes insignifiantes qui n’exigent que des efforts légers et de courte durée de la part de votre enfant. Par exemple “donne moi la télécommande stp”
  • Si votre enfant a rendu un service sans que vous l’ayez demandé, accordez-lui un petit privilège pour avoir accompli une tâche de son propre chef. Cela peut l’aider à se rappeler les règles de la maison, et à les suivre sans que vous ayez toujours à les lui dire.

N’oubliez pas de partager votre retour d’expérience 🙂

A bientôt,
Hérade

Partager l'article
  • 26
    Partages
  • 26
    Partages

6 réflexions sur “#6 – 15 clés pour faire efficacement une demande à son enfant”

  1. Ping : #8 - La méthode "1, 2, 3 retrait" - Mieux Vivre le TDAH

  2. Ping : Guide pratique pour mieux gérer l'opposition de mon enfant - Mieux Vivre le TDAH

  3. Ping : #15 - Renforcement positif : 12 clés pour un système efficace - Mieux Vivre le TDAH

  4. Ping : Traitement du TDAH : différents traitements pour aider votre enfant

  5. Ping : TDAH: 8 clés pour valoriser efficacement son enfant

  6. Ping : objectif SMART : la méthode simple et efficace pour fixer vos objectifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *